L'éloge funèbre d'un après-shampoing

Updated: May 2



Un après-shampoing dans votre douche en sait beaucoup sur vous.


Pensez-y, il n'y a rien à cacher, sous votre douche. Oui, je sais, cela semble un peu bizarre d'écrire une éloge funèbre pour un après-shampoing. Je ne comprends pas très bien moi-même comment j'en suis arrivée là. Tout a commencé en 2017. J'avais mes habitudes chez un coiffeur stylé qui utilisait des produits qui semblaient plus écologiques et plus respectueux de la nature que les produits l’Oréal habituels. Voulant profiter de la même experience à la maison, j'ai commandé sur internet le même shampooing qu'ils utilisaient. Ce shampoing de luxe était cher et donc, pour faire bonne mesure, j'ai choisi la bouteille de 1 litre, parce que c'était moins cher en grand format. Hélas, il y a eu une confusion dans la livraison, et au lieu de recevoir 1 litre de shampoing, j'ai reçu 1 litre d'après-shampoing. Si vous pensez qu'il va falloir un moment pour arriver au bout d' 1 litre de shampooing, imaginez 1 litre d'après-shampoing. Je vais y répondre pour vous, cela m'a pris plus de 3 ans.


Au début, j'étais très contente par mon achat, je pensais que j'avais été très intelligente, en achetant une bouteille d'1 litre qui me durerait éternellement et j'étais heureuse d'utiliser un produit de bonne qualité pour mes cheveux, qui, pour être honnête, avaient besoin de toute l'aide possible. J'avais fait mes recherches sur l'entreprise et ils utilisaient du plastique recyclé pour leurs bouteilles et j'avais l'impression d'être consciente de l'environnement. 3 ans plus tard, je remplace désormais tous mes produits de beauté par des alternatives solides (savon solide, shampoing solide, dentifrice solide, etc.), c'est drôle comme ma définition de «soucieux de l'environnement» a changé en si peu de temps. Quoi qu'il en soit, après la période initiale de lune de miel avec mon après-shampoing, quelque chose d'étrange s'est produit: j'ai commencé à la détester. Alors même que je l'utilisais, la bouteille semblait toujours rester aussi pleine et je n'en voyais pas la fin. Je voulais arriver a la fin de cette bouteille. Je voulais avoir la satisfaction de finir une bouteille et d'en commencer une nouvelle, de lancer ce cycle, mais cette bouteille était infinissable. À l'époque, je devais souvent me déplacer pour mon travail et j'emportais de l'après-shampoing avec moi (en remplissant des petites bouteilles de voyage, je n'ai pas pris l'avion pour un déplacement de 3 jours avec ma bouteille de 1 litre de d'après-shampoing, je vous rassure), avec l'intention de ne pas perdre une seule occasion de le terminer au plus vite. Pourquoi cette précipitation? Pourquoi cette nécessité de finir cette bouteille? Quelle difference cela fait-il car j'allais racheter le même après (bien qu'une plus petite bouteille) ou bien une autre (qui en toute vérité ne ferait probablement aucune différence pour mes cheveux)? Pourquoi cette haine? Pourquoi ai-je pris le temps de détester cet innocent après-shampoing? Il était là, dans ma douche, prenant de la place, de la poussière et du calcaire, une présence sans fin qui semblait me juger pour ma folie, mon égoïsme. C'était peut-être juste un symbole. À vrai dire, j'étais très malheureuse dans ce travail, et pas seulement parce que je voyageais trop à mon goût. Beaucoup de choses ne me convenaient pas. Peut-être que détester une bouteille innocente d'après-shampoing était la chose la plus facile à faire, une façon d'être en colère contre ma journée qui était sur le point de commencer, les journées que je n'avais pas envie de vivre et j'ai dirigé toute ces frustrations sur cette bouteille d'après-shampoing.

J'ai toujours été un peu bizarre avec les objets, c'est comme si je ne pouvais jamais tout à fait les traiter comme des choses inanimées. J'ai beaucoup de choses chez moi que je garde parce que je n'arrive pas à les jeter, parce que ce serait irrespectueux. Comme s'ils avaient des sentiments et qu'en les jetant, je les blessais d'une certaine manière, les décevais. Les organismes de charité locaux me détestent probablement parce que, pour cette raison, je ne jette rien, je donne tout, en espérant qu'ils aient une deuxième chance à une non-vie avec quelqu'un qui en aurait l'usage que je n'ai plus. Donner des choses me fait espérer que leur existence continue. Dans mon esprit, ils vivent à proximité du pays magique des chaussettes perdues, des élastiques pour les cheveux et des couvercles Tupperware (mon téléphone aime souvent visiter aussi, bien qu'il revienne généralement). Alors je me sentais coupable de ce que je ressentais à propos de cet après-shampoing. Il n'avait fait que remplir fidèlement son devoir de produit de beauté en prenant soin de mes cheveux. Peut-être que cela représentait ce à quoi je ne voulais pas faire face, peut-être que cela représentait mon échec à résister aux produits de consommation, peut-être que cela représentait mon incapacité à dire non quand quelque chose n'allait pas (j'aurais pu le renvoyer, ce n'était pas c'est pas ce que j'avais commandé, mais je ne l'ai pas fait). C'était peut-être simplement parce que cette bouteille était le témoin de ma traversée d'une période de ma vie sombre, troublée et perdue. Une bouteille d'après-shampoing dans votre douche en sait beaucoup sur vous. Pensez-y, il n'y a rien à cacher, sous votre douche. Vous ne cachez rien de vous-même, dans votre douche. Quelle que soit la personne ou l’humeur que vous prétendez être dans une autre pièce, sous votre douche, vous n’êtes que vous. Vous, vos pensées, votre peau. J’ai toujours eu l’impression que la douche était le meilleur endroit pour laisser aller ses émotions, pour pleurer. Ce doit être l'eau, le bruit masque le son des sanglots, l'eau coulant sur le visage masque les larmes, et le fait que je ne porte pas mes lunettes donne l'illusion d'un non-espace flou qui 'n'existe pas tout à fait. Si je me sens triste, je peux prendre une douche et laisser l'eau pleurer pour moi, quand je ne le peux pas. Ou laissez les larmes suivre leur cours, quand je ne peux pas les retenir. Lorsque vous vivez seul, il n’y a rien de plus solitaire que de pleurer à gros sanglots bruyants jusqu’à ce qu’il n'y en ai plus et que personne ne le remarque. Personne ne frappe à votre porte, inquiet par le son, personne n'a ressenti le besoin d'appeler ou d'envoyer un SMS - émulé par un 6ème sens qui leur a fait savoir que vous aviez besoin de soutien. Vous vous retrouvez avec un sentiment de vide, vos yeux sont lourds, votre tête battante, chaude. Et quand les larmes s'arrêtent, le silence les remplace. Le contraste montrant à quel point vous vous brisiez à l'intérieur. Je préfère de loin pleurer sous la douche. Cela semble plus privé et moins décevant. Les gens disent que je suis forte, les gens disent que je suis courageuse, ma bouteille d'après-shampoing sait la vérité. Et au cours de ces 3 années, il y a eu beaucoup de hauts et de bas. Le drame de l'inadéquation de ma vie professionnelle, les hommes qui me brisent le cœur, les amis qui changent, les noël solitaires, la peur de la femme célibataire après la mi-trentaine de la redoutée «horloge biologique» et le choc de devoir y faire face. Je suis tombée, tombée et encore tombée, jusqu'à ce que je ne puisse plus tomber. J'ai touché le fond. J'ai de la chance, car je suis tombée plusieurs fois dans ma vie, mais le fond a toujours été recouvert d'un coussin moelleux et flexible, et, même s'il est dur, douloureux et peut prendre de nombreuses formes et formes, je rebondis. C'est peut-être un coussin en caoutchouc moelleux. Je me suis toujours senti protégée de cette manière, je l'appelle mon «pilote automatique intérieur» qui va intervenir, si nécessaire, et sauver la situation. Le dicton dit «ce qui monte doit redescendre», je pense que l’inverse est également vrai (métaphoriquement, je veux dire, ne jetez pas une bouteille d'après-shampoing de votre fenêtre et en espérant qu'elle revienne). Je sais que chaque fois que je touche le fond, je je pourrais «remonter», «toucher le fond» est une phase qui n’est pas plus permanente que «remonter», cela finira par passer. Et c'est le cas, à chaque fois. Tous mes «bas» ont été suivis de «hauts». Parfois, je dois être patiente, parfois il est difficile de penser qu'il y aura à nouveau un «haut», mais il y en a toujours un. Et quand le «haut» est arrivé, cette fois, cela a été un changement massif dans ma vie. J'ai quitté mon emploi, j'ai pris un an de congé et je suis parti pour faire une toute autre carrière. J'ai appris beaucoup de choses sur moi-même, sur le monde, sur la vie. Et en cours de route, ma relation avec ma bouteille après-shampoing a changé. Parce qu'elle a été là avec moi à travers tout cela, elle est devenue comme une vieille amie. Et mon attitude a changé, au lieu d'essayer d'arriver à la fin de la bouteille le plus rapidement possible, j'essaie de la faire durer, m'accrochant à cette présence fiable dans ma salle de bain. En mélangeant le produit avec de l'eau quand la toute fin fut proche. Jusqu'au jour où, il n'en resta plus. Cela fait des mois que j'ai utilisé la dernière goutte d'après-shampoing, et l'idée de cet éloge funèbre m'est venue à l'esprit, peut-être que les confinements m'ont amené à passer beaucoup trop de temps dans ma propre tête, mais la bouteille est toujours là, sur l'étagère. Je ne peux pas me résoudre à le jeter. Pour terminer cette phase de ma vie. Comment honorer sa compagnie? Je ne peux pas simplement la jeter dans la poubelle, et si elle atterrit dans une décharge? Quel horrible destin! Et pourtant, que puis-je faire? Je veux que la bouteille soit remoulée en quelque chose, qu'elle soit réutilisée et qu'elle finisse dans la salle de bain de quelqu'un d'autre, continuant son voyage de salles de bain en salles de bain.

Il y a des années, j'ai pris des cours de théâtre dans un petit théâtre amateur parisien, et le professeur nous a donné un exercice à faire: nous devions chacun à tour de rôle être le dernier grain de maïs restant dans la boîte, plaidant pour notre destin. La plupart des gens - dans le rôle du grain de maïs - ont demandé à être épargnés. Mais j'ai demandé à être mangée, j'ai demandé d'avoir l'opportunité d'accomplir mon destin, en tant que grain de maïs, d'être mangée et de nourrir mon mangeur, d'accompagner mes compagnons grains de maïs qui étaient déjà partis et partager leur destin. C'était ma récompense en tant que grain de maïs et je voulais m'accomplir. Au contraire, me laisser seul au fond de la boîte et me jeter à la poubelle était la pire offense que vous puissiez me faire. Un gaspillage de ma vie et de ce que j'avais à offrir au monde. Et je veux que ma bouteille d'après-shampoing accomplisse son destin. Parfois, je l’imagine comme une particule de plastique qui finit dans le ventre d’un poisson, ou dans l’un de ces oiseaux morts pleins de plastique sur une plage, et je ne veux pas de ça. Ni pour les poissons, ni pour les oiseaux, ni pour la bouteille ni pour moi. Comment l'honorer? Je n’ai plus besoin de ma bouteille, sa présence dans ma salle de bain n’affecte plus mon bien-être, mais je suis reconnaissante de l’avoir eu ma vie. Cela n'a aucun sens qu'elle soit devenu un tel symbole, et pourtant je ne peux pas nier que c'est le cas - et comme toutes les choses qui se produisent sans que vous les demandiez, il est toujours bon de prêter attention et d'honorer le message. Je n'ai pas pleuré dans ma douche depuis un moment maintenant, j'ai remplacé les larmes par de petits messages que j'écris sur les murs à travers la vapeur, de simples affirmations positives que j'écris encore et encore, tous les jours, sentant que leur présence superposée, bien qu'invisible à l'œil, crée une nouvelle énergie dans ma douche. Non plus un lieu de refuge, mais un lieu de renaissance. Non plus un lieu de reclusion, mais un lieu de devenir, de régénération. Un lieu de dignité, d'acceptation et d'appartenance. Un endroit ou j'accepte toutes les parties de moi.



#bloggingtips #WixBlog

0 views0 comments

Recent Posts

See All

What is hypnotherapy, really?

You might have been to hypnosis entertainment show and are now wondering how hypnotherapy really works. If that guy on stage was made to behave like a chicken, what could your hypnotherapist make you