top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCécile Hemery

Les 3 leçons de vie de mon chat


Le chat Wala est couchée sur un coussin avec ses pattes allongées devant elle
Wala profite de la vie

Dans le cadre de mon parcours pour devenir coach et continuer à me développer en tant que telle, j’ai suivi de nombreuses formations. J’ai étudié différentes approches, de l’hypnothérapie à la psychologie en passant par la pleine conscience. Un professeur auquel je ne m’attendais pas s’est avéré être mon chat. Ce fut d’ailleurs — et ce l’est toujours — l’un des meilleurs professeurs que j’ai jamais eus.


Voici 3 leçons de vie essentielles que j’ai apprises grâce à elle, et c’est avec plaisir que je partage avec vous aujourd’hui cette sagesse féline.


Leçon de vie 1: Sens inconditionnel de sa proper valeur

Mon chat, qui s’avère être une chatte nommée Wala, est une rescapée. Elle a été trouvée dans une poubelle âgée d’un jour à peine. C’est une chatte tigrée, comme il en existe des millions. Elle n’a rien de spécial. Et pourtant, elle se comporte comme si elle appartenait à la royauté et que le monde tournait autour d’elle.


Il ne viendrait jamais à l’esprit de Wala de douter de sa valeur ou de se demander ce qu’elle mérite vraiment. Elle a une confiance absolue de sa place dans le monde et ne doute pas un instant que ce qu’elle reçoit lui est dû, et que tout ce qu’elle a lui revient de droit.


Nous parlons souvent avec mes clientes de coaching professionnel d’être leur « meilleur moi » ou la « meilleure version d’elles-mêmes ». Wala n’a pas cette préoccupation. Elle est simplement, et c’est — il n’y a pas d’autre alternative — la meilleure version de qui elle peut être. Elle est simplement elle-même, qui d’autre pourrait-elle bien être ?


De la façon dont je la décris, vous pourriez penser qu’elle est égocentrique et que si elle était humaine, elle serait une enfant gâtée. C’est probablement vrai. Mais son acceptation inconditionnelle de ce qu’elle est, et sa conscience du fait que ce qu’elle est s’avère ce qu’elle est censée être… est de fait tout à fait saine, et, en tant que chat, parfaitement normale.


Son royaume consiste en mon appartement et le couloir du bâtiment qu’elle inspecte de temps à autre. La nourriture est servie à des heures régulières, la litière est maintenue dans un état de propreté satisfaisant, le confort, les jouets et les divertissements sont là pour qu’elle en profite ; c’est son monde et elle l’accepte. Elle ne perd pas de temps à se demander si elle est une chatte suffisamment bonne pour mériter ces attentions. Elle prend ce qui lui est offert.


Comme ce doit être libérateur d’être elle et d’avoir cette confiance absolue en sa propre valeur, de profiter de tout ce que l’on a et de tout ce que l’on est.


Aucun doute de soi, aucune mauvaise estime de soi, la représentation même d’une bonne santé mentale.


Et vous, comment mesurez-vous votre valeur ? Quels jugements portez-vous sur vous-même qui vous empêchent d’apprécier justement qui et ce que vous êtes ?

Leçon de vie 2: Appréciation et gratitude inconditionnelles


Alors oui, elle prend beaucoup. Mais malgré toutes ses prétentions, Wala donne aussi beaucoup. Et elle est emplie de gratitude.


Certaines personnes prétendent que les chats sont des créatures ingrates et peu aimantes, mais les personnes qui entretiennent un lien avec l’un d’eux savent que c’est faux. Les chats aiment, profondément, et le démontrent, à leur manière.


Chaque repas qui lui est servi l’émerveille. Elle s’en approche avec empressement, apprécie la nourriture avec un enthousiasme tel qu’il est difficile de croire que son bol contient toujours les restes de son repas précédent.


Elle profite de chaque sensation que la nourriture lui procure, de l’anticipation de la nourriture. C’est devenu un rituel, où chacune de nous tient un rôle spécifique et a des tâches spécifiques à accomplir dans un ordre précis. Parfois, elle réclame à manger juste pour le plaisir du rituel, même si elle n’a pas faim.


Elle a la capacité d’être dans le moment présent et de profiter pleinement de ce qu’il y a à profiter.


Elle passe une — très — grande partie de son temps à somnoler dans son endroit préféré (la pile de couvertures dans l’armoire) et, chaque jour, elle traite cet endroit familier comme s’il était nouveau. Chaque jour, elle s’amuse à le découvrir, à en explorer à nouveau les odeurs et les sensations avant de s’y installer. Elle y entre et en sort avec une espièglerie qui ne s’estompe pas avec le temps.


Elle profite de la vie, c’est d’une telle évidence qu’on ne peut que se laisser contaminer par la joie que son propre monde lui procure. Il est petit, mais elle s’en fiche, c’est à elle. Il lui suffit. Elle l’a revendiqué comme sien.


Elle n’est pas non plus rongée par la rancœur lorsqu’elle vit des expériences qui lui déplaisent.


Les visites chez le vétérinaire l’horripilent. Elle me fait clairement comprendre qu’elle ne veut pas y aller et quand nous y sommes, qu’elle ne veut pas rester. Dans ces moments-là, je me sens horrible de lui infliger un tel calvaire. Mais elle est toujours prompte à pardonner et à oublier une fois qu’elle a rejoint son environnement bien-aimé. Tout revient aussitôt à la normale dès qu’elle retrouve la sécurité et le confort de son foyer.


Elle est constamment dans l’appréciation et la gratitude pour l’environnement qui l’entoure et les sensations qu’il lui procure. Et quand elle vit une expérience désagréable, elle s’empresse de tirer un trait sur elle, de la surmonter une fois celle-ci derrière elle. De fait, elle se remet plus vite que moi de ces visites chez le vétérinaire et ce n’est pas moi qui me suis fait piquer le derrière !


Elle m’a appris à apprécier ces petits rituels avec elle, à chérir la pile de couvertures et les jeux de cache-cache.


Avec mes clientes, nous travaillons sur la respiration pour les aider à mieux vivre le moment présent. Je me demande si le ronronnement a un effet similaire sur les chats. Une fréquence équilibrée et apaisante pour nous rappeler, à nous et à nos proches, que nous nous sentons bien.


Recherchez ces petits moments parfaits dans votre vie et appréciez-les comme si vous les découvriez pour la première fois, comme s’ils étaient plus précieux que tout et que vous en chérissiez chaque seconde. Soyez reconnaissante pour eux, puis laissez-les partir.

Leçon de vie 3 - Assertivité

Finalement et surtout, elle sait ce qu’elle veut. Et elle n’a pas peur de le réclamer.

Peu importe qu’elle ait déjà copieusement dîné, si elle en veut plus, elle le réclame, de surcroît avec une telle pureté et ardeur que l’on ne peut douter de l’authenticité et de l’innocence de sa requête. Elle le réclame parce qu’elle le veut et le fait que sa demande puisse ne pas être satisfaite ou qu’elle puisse ne pas mériter ou ne pas avoir droit à ce deuxième repas ne lui traverse pas l’esprit. Elle n’est même pas consciente de l’existence d’une règle selon laquelle on ne dîne qu’une seule fois par jour. Bien sûr, elle ne reçoit pas toujours ce qu’elle exige, ce qui ne l’empêche pas de réclamer ce qu’elle veut, encore et encore, rien en clair ne l’empêche de s’exprimer.

Il n’y a aucune hésitation, aucune peur dans sa requête, aucune tentative de manipulation, juste une expression de besoin émergeant de ce qu’elle sait être son désir.

Elle exprime son désir de la même manière qu’elle exprime son amour, certains humains lui plaisent, d’autres non, et elle vous montre clairement — sans crainte — dans quelle catégorie vous vous situez.

Nous ne parlons pas la même langue, nous n’avons pas le même niveau de conscience, nous n’avons pas le même cadre d’expérience de la vie, du monde et des autres. Cela n’a aucune incidence sur sa capacité à communiquer ses sentiments et ses désirs, à sa manière authentique à donner et à recevoir.

Comment faire pour être à l’écoute de ses besoins et demander ce que l’on veut ? Mes clients me disent souvent qu’ils freinent cet élan, pensant que leur désir est déjà suffisamment clair ou qu’ils ne l’obtiendront pas, mais ce faisant, ils n’expriment jamais ce qu’ils aimeraient qu’il se passe.

Apprenez à demander ce dont vous avez besoin de la même manière que les chats demandent aux humains de leur tenir la porte pendant qu’ils décident s’ils veulent rester à l’intérieur ou sortir se promener.


 

Il est amusant de constater que ces 3 leçons de vie de mon chat, sont trois éléments cruciaux qui reviennent régulièrement dans les conversations avec mes clients :

  • Avoir conscience de sa valeur

  • Apprécier ce que l’on a

  • Être capable de demander ce que l’on veut — et de le savoir bien entendu.

Observer Wala m’a montré qu’il s’agit véritablement d’un travail intérieur. Il s’agit de ce que j’autorise de moi-même et pour moi-même.

Au sein de votre propre vie, de qui pouvez-vous apprendre ?

Commentaires


bottom of page